Devenir indépendant financièrement et aider l’environnement!

Dans ce billet (et celui-ci) sur mon précédent blogue, je vous ai parlé du point tournant, l’événement déclencheur qui a mené à mon projet d’indépendance financière, projet qui a duré au total 13 ans. Des problèmes de maison. Des fins de mois difficiles. Mais à la même époque, je me suis aussi de plus en plus intéressé à mon impact environnemental. 

Avant notre déménagement de notre première maison vers un condo au centre-ville, je parcourais environ 30,000 km par an dans ma voiture. Toute cette essence brûlée, ça me dérangeait un peu.

Quand j’ai mis en branle mon projet d’indépendance financière, je venais de lire deux livres importants. L’un qui a été le véritable déclencheur (Stop working, Start Living: How I retired at 36), mais également un autre, plus philosophique en quelque sorte: la Simplicité Volontaire, de Serge Mongeau.

C’est la combinaison des deux projets qui ont mené peu à peu à une réduction importante de mes dépenses, mais, plus spécifiquement en ce qui concerne ce billet, de mon impact environnemental. Voici quelques exemples de choses que nous avons faites:

  • le plus gros changement a bien sûr été le déménagement lui-même. En déménageant au centre-ville, je suis passé de 30,000 km parcouru par an à moins de 10,000 km. Non seulement j’économisais sur l’essence et sur les dépenses en pneus, changements d’huile et réparations, mais je réduisais de façon importante mon empreinte écologique. Je prenais le transport en commun la plupart du temps ou me rendre au travail en vélo. Ma conjointe pouvait se rendre au travail à pied.
  • en vivant dans un plus petit logement (un condo 5 1/2), nous réduisions aussi les coûts (et l’impact environnemental) sur le chauffage
  • plus de tondeuse, plus de scie mécanique pour faire mon bois, plus d’achat de fleurs annuelles et autres gogosses qu’une maison requiert
  • à mesure que mes ampoules incandescentes pétaient, je les ai changé par des ampoules fluocompactes (aujourd’hui, je fais la même chose pour les changer pour des ampoules à LED, mais à vrai dire, la plupart de mes ampoules fluocompactes sont encore bonnes après plus de 10 ans d’utilisation!)
  • nous nous sommes inscrits à un jardin communautaire pour faire pousser des légumes
  • nous avons réduit notre consommation de viande (surtout la viande rouge) à une ou deux portions par semaine

Après des problèmes de voisinage, un déménagement en appartement (et l’impression de faire le chemin inverse: appartement -> condo (loué) -> maison -> condo -> appartement) pendant quelques années, un jour nous prenons la décision de revenir dans une maison. Est-ce la fin de la frugalité et de l’empreinte écologique réduite?

Bien sûr, en déménageant dans une maison, nous avons augmenté toutes sortes de dépenses et notre empreinte environnementale a aussi augmentée. Mais nous avons quand même trouvé des façons de limiter l’impact:

  • achat d’une maison récente, bien isolée, sans piscine (pour limiter la consommation d’eau et de produits) et proche de notre travail (on s’est en fait rapprochés encore plus. À nous deux, la somme des distances vers le travail était de 6 km à l’époque où je travaillais).
  • je m’occupe d’un potager produisant 60-80 kg de fruits et légumes chaque année
  • on composte
  • on y va mollo sur le chauffage et l’utilisation de l’eau

Réduire ses dépenses, c’est une des clefs pour atteindre l’indépendance financière. Mais, coincidence, c’est aussi généralement une excellente façon de réduire notre impact sur l’environnement. Une pierre, deux coups!

11 réponses sur “Devenir indépendant financièrement et aider l’environnement!”

  1. MrJack, d’excellents points!
    Déménager plus près de son travail est certe une excellente idée quand c’est faisable et qu’on y fait un gain appréciable.

    Je n’ai jamais lu le livre de Diane… what’s so special about it?

    1. Rien de spécial avec ce livre, il n’est pas particulièrement bon, à part pour le titre provocateur pour l’époque.

      C’est juste qu’en 2004, il n’y avait pas vraiment de blogues sur le sujet (le miens en 2004 était possiblement dans les premiers, j’ai pas vérifié). Je suis tombé sur le livre par hasard et c’est ce qui m’a inspiré!

  2. Salut MrJack,

    Je suis complètement hors sujet – et tu as peut-être répondu à cette question dans un autre billet qui ne me reviens pas en mémoire -, mais sur les 13 années de ton parcours vers l’indépendance financière, tu as épargné & investi environ combien d’argent en bourse annuellement?

  3. Salut Maxime,

    J’ai investi l’essentiel de mes économies en bourse et pour payer l’hypothèque.

    J’estime à 310,000$ le total économisé et investi (actions, obligations, un peu de cash) entre 2004 et 2017. En 2004 j’avais 10,000$ déjà investi (mais en fonds mutuels de mon employeur).

    1. Pour préciser, il ne faut pas perdre de vue que l’essentiel du 310,000$ provient des 4 dernières années (peut-être 200k$), notamment parce que l’hypothèque était payée, que mon salaire était plus élevé et que rendu à 38 ans, j’avais pu grand chose de nouveau à acheter 😉

  4. Ok, donc si on fait une moyenne, ce serait environ 12 000$ par an investi en bourse dans les 9 premières années (108 000) et 50 000$ par an pour les 4 dernières années (200 000).

    La fin du cheminement est vraiment impressionnante (fusée)!

    Et dans les 9 premières années (2004-12), tu n’as pas perdu trop de temps avec le remboursement de ton solde hypothécaire!

    Ça m’amène à une autre question: Ton salaire a t’il significativement augmenté entre 2003 et 2017?

  5. Maxime,

    Je pensais faire une mise à jour de mon tableau pour indiquer mon salaire, ce que j’ai économisé chaque année et le rendement. Je pense que ça peut être intéressant de voir un cheminement, c’est le genre de données que j’aurais aimé voir moi également.

    Pour répondre dès maintenant à la question, oui mon salaire a quand même augmenté beaucoup, il a peut-être doublé en dollars constants. C’est pour ça que les dernières sont vraiment payantes… si j’avais continué au rythme où j’allais, j’ai calculé que j’aurais pu prendre ma retraite à 65 ans quelques millions car à la fin ça montait de 80-100k par an.

  6. Oui, ça serait intéressant d’avoir ce portrait d’ensemble.

    J’aime bien utiliser le calculateur de Dividend Ladder pour faire des simulations (scénarios réalistes, pessimistes, neutres) en modifiant différents paramètres pour mieux visualiser ce à quoi je devrais m’attendre en fonction de différents futurs potentiels, mais bon, ça demeure somme toute des hypothèses qui ne tiennent pas compte des nombreux  » impondérables  » de la vie.

    Par ailleurs, et c’est l’idée que j’avais en tête initialement, il me semble que plusieurs personnes ayant atteint l’indépendance financière ou qui sont en voie d’y arriver ont notamment réussi à considérablement augmenter leurs revenus salariés dans les dernières années de leur périple, tout en maintenant la corde serrée au niveau des dépenses (mêmes habitudes) par le fait même.

    Bref, je me sens un peu à part (atypique) en étant le gars, le campagnard, qui fait  » juste  » 40 000$ par an, mais qui économise et investi en fou malgré tout! Quoi que, ça explique aussi peut-être pourquoi mon article traitant du sujet sur FCLR a été aussi lu, considérant le salaire médian des québécois..

  7. 40k$ effectivement c’est très intéressant car ça correspond à un salaire moyen. C’est certain que c’est plus difficile (le plus tough avec un salaire élevé c’est d’éviter l’inflation du style de vie, mais sinon, le reste est juste une question d’un peu de temps et de la discipline).

    Si tu dis économiser en fou, tu as probablement des dépenses moins élevée. Un point en ta faveur c’est que la Pension du Canada et le RRQ que tu auras cumulé vont remplacer une part plus grande de tes dépenses à partir de 65 ans, donc tu as proportionnellement besoin d’accumuler moins.

  8. MrJack,
    Je supporte Maxime. Ça serait intéressant de voir un récapitulatif de ta progression salariale, de tes épargnes, de la valeur de ton fonds au fil du voyage.

    Quant à Maxime et son histoire, elle est effectivement atypique sur le web mais en tant que conseiller en institution financière, j’ai pu voir que les plus riches n’étaient généralement par ceux qui gagnaient le plus… ce sont plutôt ceux qui épargnent le plus comme Maxime. Car ceux qui gagnent plus se font presque tous prendre à ce que tu dis… inflation du style de vie!

  9. MrJack,
    Je trouve aussi intéressant de constater que tu n’as épargné au fond que 300k. J’avais calculé que 250k-300k en épargne cumulative serait effectivement suffisant pour financer une retraite.
    Moi aussi, une fois l’hyp payée, je compte allouer l’argent que je mets sur la maison à mon fonds d’épargne… ça et toutes mes hausses salariales. Ça devrait donner un bon coup de pied!

Les commentaires sont fermés.