Réforme du RRQ à venir: quel impact pour des jeunes (ou futurs) retraités?

C’est passé presque inaperçu, mais le gouvernement a déposé la semaine dernière un projet de loi visant à réformer le régime de pension du Québec (RRQ) afin de le calquer sur les réformes adoptées par le Canada en accord avec les autres provinces. Vous ne le savez peut-être pas, mais le Québec, comme société distincte, est la seule province à avoir son propre régime. L’équivalent pour les autres provinces est géré directement par le fédéral. Je dois avouer que je ne vois pas beaucoup l’intérêt pour le Québec d’avoir son propre régime, car à toutes fins pratiques, c’est la même maudite affaire. (Ah oui, je vois une différence: les fonds du RRQ sont gérées par la Caisse de Dépôt, qui peut alors s’en servir pour aider le gouvernement à sauver des emplois quand ça va mal, même si c’est supposé être indépendant).

Bref, notre régime « unique et distinct » va faire la même affaire que dans le reste du Canada, c’est-à-dire mettre à jour à jour le régime qui n’avait pas beaucoup changé depuis sa création. Pas de gros changements, mais voici les grandes lignes:

  • Augmentation des cotisations de 2% (de 10.8% à 12.8%) pour les tranches de salaire jusqu’à 55,300$ (1% pour la part employé, 1% pour la part employeur)
  • Nouvelle cotisation de 8% pour la tranche de salaire entre 55,300$ à 63,000$ (partagé à part égale entre l’employé et l’employeur)
  • Pour un travailleur gagnant en moyenne 40,000$, les prestations vont augmenter d’environ 3000$ (rente annuelle de 13,000$). Pour un travailleur gagnant en moyenne 80,000$, c’est une augmentation des prestations de 7000$ (rente annuelle de 20,000$)
  • L’application et les augmentations de cotisation se fera progressivement entre 2018 et 2025.
  • Évidemment par souci d’équité, les rentes seront actuarisés selon les cotisations passées. Ainsi, un retraité comme moi (à moins de nouvelles cotisations dans le futur) n’aura aucun changement aux rentes. Une personne qui prend sa retaite dans 10 ans ne verra qu’un petit changement. Seuls les travailleurs qui débutent leur carrière en 2025 auront droit aux nouvelles rentes augmentées.

Je suis partagé sur les bénéfices de cette réforme. Une partie de moi se dit: c’est ben mieux de gérer son argent soi-même, l’investir de façon indépendante, et non selon les humeurs de la Caisse de Dépôt qui n’a pas toujours été historiquement apolitique dans ses choix. Habituellement, quand le gouverne-maman s’implique, l’efficacité n’est pas au rendez-vous.

D’autre part, une grande partie de la population est financièrement inculte et doit être guidée et aidée. Le RRQ devient un filet social, mais au lieu de le faire payer par l’ensemble de la population, c’est payé par le travailleur. De plus, la mutualisation offerte par le RRQ permet de garantir des rendements peu importe les circonstances économiques. Les prestations sont déterminées. Si le régime est déficitaire et ne permet plus de verser les prestations, ce déficit est épongé par une augmentation des cotisations (c’est ce qu’on vit depuis 15 ans – on paie le déficit des prestations des retraités actuels, qui n’avaient sans doute pas cotisé suffisamment pour couvrir leurs propres prestations).

Bien que cette garantie de prestation soit rassurante, il ne faut pas perdre de vue ce dernier point: les travailleurs d’aujourd’hui paie pour leurs propres prestations futures et pour couvrir le déficit des rentes actuelles. En d’autres mots, ceux qui cotisent aujourd’hui vont cotiser plus que leur part et leurs rentes futures, et cette réforme ne vient en rien régler cette inéquité. Il serait en effet mal vu de réduire les rentes des bénéficiaires actuels, même si en réalité ils profitent de rentes supérieures à ce qu’ils méritent de par leurs cotisations. Ils ont pris leurs retraites sur la base de promesses du gouvernement, reculer serait injuste, d’autant plus qu’il est trop tard pour eux de changer les choses.

Comme j’ai eu un contrat comme travailleur autonome, je connais mieux désormais comment ça fonctionne. L’impact pour eux risque d’être important: non seulement ils subissent l’augmentation pour la part employé, ils doivent également assumer la part employeur.

Si j’ai bien compris, un travailleur autonome qui gagne 70,000$ par an va payer beaucoup plus cher: 2% d’augmentation sur la tranche de salaire jusqu’à 55,300$, mais surtout 8% sur la part entre 55,300$ et 70,000$ (ouch!), soit environ 2300$ de cotisations additionnelles! (re-ouch!)

Et vous, êtes-vous satisfaits de ce projet de réforme ou vous préféreriez au contraire qu’on vous laisse gérer votre argent tout seul?

 

6 réponses sur “Réforme du RRQ à venir: quel impact pour des jeunes (ou futurs) retraités?”

  1. MrJack,

    Ces filets sociaux sont tjrs épineux à attaquer.

    Comme tu le dis, il y a bcp d’incultes… moi j’aimerais qu’on donne un cours obligatoire chaque année à partir du primaire sur le capitalisme, l’entreprenariat et la gestion financière. Commencer lentement en amont à se débarrasser de cette ignorance crasse rendrait une grosse partie de ce régime (et des autres) inutile. Au lieu de montrer aux kids que d’avoir le sens des responsabilités c’est de nourrir le poisson rouge de la classe, de nettoyer le tableau et d’arroser les plantes (à la place du prof bien heureux de déléguer ses tâches), on pourrait leur apprendre que d’avoir le sens des responsabilités c’est d’épargner pour sa retraite, d’éviter d’être une charge pour sa famille, l’état, les autres etc…

    On aurait alors moins besoin de ces filets sociaux qui seraient justement là pour les personnes réellement dans le besoin à cause des hasards de la vie et non à cause de leur irresponsabilité et immaturité.

    C’est pas normal qu’autant de monde aient encore besoin de maman-gouvernement pour financer sa retraite et pour quoi d’autres. On a vraiment une population d’adulte-enfants et je suis tanné de voir des gens dans les médias constamment se tourner vers le gouvernement chaque fois que quelque chose leur arrive. Y a ti un programme? Une subvention? Un fonds d’indemnisation?… dude assume toi! Si t’achètes une maison dans une zone d’érosion des berges et que la marée l’emporte t’aurais du te douter que ça faisait partie de la game. C’est comme t’asseoir sur la branche que tu veux couper et scier du côté du tronc au lieu de scier du côté de l’extrémité pis chercher une subvention parce que t’as sacré le camps avec la branche! Ne pas épargner pour sa retraite et arriver à 65 ans pis brailler que t’es pu capable de travailler pis que t’as pas d’argent c’est la même chose!!

    Le problème avec le RRQ, c’est qu’on a créé un monstre. L’arrêter devient difficile car comme tu le dis, pour tenir les promesses passées, il faut taxer les travailleurs de maintenant et de demain. Alors on est dans un catch 22. Car pour que ces travailleurs cotisent, ça prend queke chose en retour. Ce serait un suicide politique de dire look… à partir de maintenant c’est un régime à cotisations déterminées mais 65% de tes cotisations ne sont pas à toi, on doit s’en servir pour financer la retraite des baby-boomers et n’espère pas un rendement composé de plus de 2% parce qu’on se sert du fonds pour sauver des cies qui ne devraient pas exister ou qui devraient faire faillite! On aime mieux garder ça caché.

    Et, malgré ces cours, bien des gens ne géreront pas leur argent quand même. On va donc se ramasser avec moins peut-être d’aînés dans la merde financièrement, mais avec des tas quand même. Alors que faire pour eux? Forcer les familles à payer? Pas cool… j’aimerais pas devoir payer pour mon beau-père irresponsable, alcoolique et sans le sous… par exemple… parce qu’on a beau tenter de le rendre responsable je te garantis que c’est une cause perdue. Ses promesses tiennent le temps d’une bière. Je divorcerais et j’irais marier la fille d’un médecin lol. Forcer tout le monde à payer pour nos irresponsables? Les laisser dans leur misère en leur disant nono t’aurais du écouter dans tes cours de capitalisme au lieu de lancer des effaces… va fouiller dans les poubelles si tu veux manger?

    Pourrait-on proposer un opt-out de ce régime? Probablement pas encore une fois parce que nos cotisations servent à payer pour les ainés de maintenant.

    Moi je vois ces régimes comme juste une autre taxe indirecte. Le problème c’est que quand on les additionne, ça fait bcp de taxes à payer et en plus on pénalise le succès. Celui qui gagne plus paie plus… on prend aux riches pour donner aux pauvres. Pas aux vrais riches bien sûr, mais à ceux auxquels les pauvres peuvent s’identifier (son patron, le maudit TDC qui a eu SA promotion etc). C’est politiquement payant!

    Reste que plus je vieillis plus je me dis que ça devrait être chacun pour soi. Si tu veux de l’aide, fais-toi des amis et sois gentil avec ta famille.

    Les filets sociaux devraient être là pour 1/2 de 1% de 1% des gens… pas pour tout le monde. C’est pu un filet sinon, c’est un plancher de béton social épais de 6 pouces. Ça en dit long sur la maturité d’un peuple. Même un photon de lumière ne passe pas au travers!

    Il faudrait un jour renverser la vapeur et retourner à la base : à quoi sert un filet social? À qui il s’adresse et quel doit en être le coût maximal.

    Ici on est blindé de filets sociaux ça en vient exagéré. Juste les frais de gestion de ces filets ça doit représenter des milliards en taxes. C’en est ridicule.

    Bref… ça me fait suer de devoir cotiser plus à ça au cas ou t’aurais pas compris lol

  2. ahahahah… ouais, ça répond à ma question finale ! Je serais curieux de connaître l’effet d’un opt-out.. pour des cas comme l’assurance-médicaments, je peux voir que c’est forcément négatif, car les gens en santé, jeunes se retirerait, laissant les coûts élevés aux gros utilisateurs. L’effet: les non-utilisateurs subventionnent les utilisateurs seraient perdus. Mais dans le cas du RRQ, c’est moins évident, car en théorie, le calcul n’est pas supposé favoriser ou défavoriser quiconque (évidemment le calcul n’est pas parfait j’imagine, mais c’est l’esprit de la chose, contrairement à l’assurance-médicaments ou c’est carrément fait pour que les gens en santé subventionnent les malades). J’ai été surpris notamment d’apprendre qu’en tant que travailleur autonome, on est obligés de cotiser au RRQ (je croyais que c’était sur une base volontaire). Étrangement, l’assurance-emploi, lui, est facultatif. Pourtant c’est l’assurance-emploi qui bénéficierait le plus de l’effet « subvention » (si tu es confiant de ne pas perdre ta job, tu ne veux pas subventionner ceux qui reçoivent des prestations de façon saisonnière). Au Québec c’est souvent de même: la participation au filet est obligatoire. Ceci dit, en matière de santé, je suis plutôt favorable à ce que ce soit obligatoire, l’égalité devant la santé, c’est quand même une belle valeur de société. Au niveau financier, ça se gâte car on risque de déresponsabiliser les gens. En plus ceux qui reçoivent ont tendance à insulter ceux qui paient.

  3. Perso, je suis bien contente de ça. Quand j’ai commencé à travailler à 18 ans, une chance que j’avais des cotisations obligatoires au RRQ car ça n’aurait jamais été dans mes priorités. Même si j’ai eu des cours à l’école, même si aujourd’hui je suis beaucoup plus responsable. De 18 à 23 ans, j’ai vécu endetté, j’ai de me sortir de mon trou que j’ai creusé et pendant ce temps, au moins je cotisais sans le savoir.

    Je crois aussi qu’on a beau dire de mieux informer la population, il faut que l’individu y soit prêt et il y en a qui seront jamais prêt. En les obligeant à cotiser, on leur assure un minimum pour survivre. Et oui, faut prendre soins de nos alcooliques drogués autant que le médecin brillant; l’aspect biopsychosocial est souvent oublié je trouve dans les blogs de finances personnelles. Que 2 personnes élevées de la même façon ne réagissent pas du tout pareil, à cause de x,y,z facteurs. Ils vont prendre des chemins de vie différents suite à ça; les itinérants ne sont pas nés dans la rue.

    Moi non plus j’aime pas prendre soins des  »déchets » de la société comme certains disent. Ou de ceux qui s’enlisent dans leurs dettes malgré des conseils répétés. Je suis aussi du genre à dire arrange toi avec tes problèmes. Mais j’aurais bien de la misère à dormir au chaud dans ma maison quand il y en a qui crèverait pas mal plus de faim dehors si on coupe des filets sociaux.

  4. Sorcière Frugale,

    Je pense que c’est l’exemple parfait. Moi non plus je n’ai pas économisé lors de mes premières années. Ma première job, l’employeur mettait 2% de mon salaire si je mettais 2%: je ne l’ai même pas fait. Ma deuxième job c’était dans le secteur public, j’ai cotisé malgré moi et tant mieux car je n’aurais sans doute rien mis de côté.

    Le RRQ + Pension Canada, je trouve que c’est une bonne balance.. ça assure un certain minimum, mais ça incite quand même les gens à se prendre en main, parce que c’est vraiment le miminum. Il faut juste pas que ça dépasse cet équilibre. Dans le cas de la réforme du RRQ, par exemple, je me questionne sur les nouvelles cotisations pour la tranche de salaire entre 55k et 80k$. Je crois que j’aurais préféré qu’ils augmentent les cotisations entre 0 et 55,000$, pour qu’un travailleur à faible revenu ait un revenu de remplacement plus décent. La personne qui gagne 80,000$, normalement, devrait avoir la possibilité de se débrouiller au-delà du remplacement minimum. C’est là que ça m’embête, parce qu’en augmentant les cotisations pour ces tranches de salaire, ce n’est plus vraiment du filet social à mon avis, on se rapproche d’un système où le gouvernement intervient peut-être un peu trop dans nos vies et nos choix.

    1. C’est vrai ! Surtout dans une optique de gérer soi-même nos avoirs quand tu as les connaissances et la volonté pour.

  5. Bonjour Mr Jack,

    Je réponds « oui » à vos deux questions. Je suis satisfait de la réforme de la RRQ, mais bien entendu que je préférerais gérer moi-même mon argent. Je suis responsable et je pourrais gérer moi-même mes cotisations de retraite au lieu de faire des cotisations RRQ. Mais ce n’est pas le cas de tous. Certains ne cotiseraient pas et préféreraient dépenser tout leur revenu disponible, tandis que d’autres cotiseraient, mais laisseraient malheureusement dormir leurs épargnes dans un CPG à 1 % de rendement (« CPG comme dans Certificat de Pauvreté Garantie » – Pierre-Yves McSween). Je crois qu’une des raisons fondamentales de la RRQ est d’obliger les personnes à épargner pour la retraite. Certes, le rendement offert n’est pas aussi élevé qu’on voudrait, mais je pense quand même que c’est un bon fond de retraite universel.

    Le problème que j’ai avec cette réforme est… pourquoi avons-nous créé le Régime volontaire d’épargne-retraite (RVER) en 2014? À mon souvenir, le débat à ce moment-là était d’augmenter les cotisations de la RRQ ou de créer le RVER. Le gouvernement avait choisi d’y aller avec le RVER. Pourquoi le gouvernement décide-t-il maintenant de réformer la RRQ et d’augmenter les cotisations (ce qui aurait dû choisir en 2014 à mon avis)? J’aimerais bien entendre la réponse du gouvernement. Le RVER n’a plus de raison d’exister maintenant avec cette réforme de la RRQ.

    Merci de publier et au plaisir d’échanger avec vous! Je vous invite également à visiter mon blogue sur l’indépendance financière que j’ai lancé cette semaine.

    Retraite101

Les commentaires sont fermés.