Bonheur, frugalité et indépendance financière vont-ils bien ensemble?

Imaginez la période pendant laquelle vous avez été le plus heureux dans votre vie adulte. Était-ce en voyage? Étiez-vous étudiant? Entouré de biens ou entouré d’amis? Au chalet?

Vivre une frugalité intense est risqué. Vous risquez de prendre des décisions que vous allez regretter plus tard. J’aurais dû, ce jour-là, aller au restaurant avec mes amis. J’aurais faire ce voyage en Italie, pendant que j’étais jeune.

Dans la vie comme au hockey, très tôt vous devriez réfléchir à ce que vous rend heureux. À vouloir reproduire les conditions de ce bonheur, les nourrir. Bien sûr, on ne contrôle pas tout. La bohème s’use.

On ne peut pas garantir que ce qui nous rend heureux un jour, nous rendra heureux dans dix ans. Focusez, donc, sur le présent. Qu’est-ce qui vous rend ou vous rendrait heureux, aujourd’hui?

Par exemple, il se peux que vous évoquiez ce chalet, avec des amis. Il est probable que c’est la condition de réunir des amis, dans des conditions idéales, qui évoque ce bonheur tant recherché. La fondue sur la grande table de bois. Du vin. Des gens fatigués de la journée passée à l’extérieur, mais de bonne humeur. Votre tribu, autour de vous, à son meilleur.

Ensuite, voyez si enlever les dépenses superflues, autour de ce moment, est possible. Le chalet est-il nécessaire? Peut-être. Le ski nautique? Peut-être pas. L’année prochaine, du camping, peut-être?

Supposons maintenant que vous vous retrouviez dans une situation qui implique des dépenses que vous jugez superflues, mais que vous ne pouvez pas changer. Le chalet est devenu un événement annuel avec votre tribu d’amis. Vous proposez du camping, pour réduire les coûts, ou, au moins, un chalet plus modeste. Il y a de la résistance. Certains tiennent au chalet, ils n’aiment pas le camping. Ce chalet est parfait, c’est le même depuis dix ans, c’est la tradition de la tribu.

Mon conseil?

Acceptez la dépense, sans remords, sans ressentiment. Vous aurez d’autres occasions d’être frugal. C’est la ligne de conduite que j’ai toujours adoptée. L’indépendance financière arrivera plus tard: l’indépendance financière ne vous rendra pas automatiquement heureux. Ne mettez jamais de bâtons dans la roue du bonheur: laissez-la tourner.

Une pensée sur “Bonheur, frugalité et indépendance financière vont-ils bien ensemble?”

  1. MrJack,
    De très bons points.
    Les gens mêlent souvent les conditions du bonheur en les associant à des biens matériels.
    Je m’y suis fait prendre aussi…
    Par exemple, on passe une belle journée au spa en bonne cie et hop, on s’achète un Spa. Mais le spa ne procure finalement pas ce bonheur… ce qui était amusant c’était cette expérience relaxante en bonne cie dans un « resort » de spa.
    S’acheter un chalet pour passer un week-end par année avec ses chums est juste le summum de l’extrême et pourtant, bien des gens sont tombés dans ce piège!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *